Ni droite, ni gauche, JN Guérini c’est l’oligarchie

Jeudi dernier, JN Guérini a tenu le meeting pour lancer son parti. Pressentant la future défaite de la gauche aux prochaines départementales, il a assumé une position désormais bien connue : « ni droite, ni gauche » mais le peuple.
Tout le monde a bien compris, Jean-Noël Guérini veut permettre sa réelection grâce à des alliances à la carte, poursuivant dans la brèche ouverte aux municipales par son amie Lisette Narducci, comme si cela était le seul moyen de combattre le FN. En réalité, cela n’est que le moyen d’un système « Guérini » sur le département, petits arrangements entre amis et magouilles plus ou moins avouables. Cela même qui n’a pas convaincu 60% des électeurs de gauche du secteur de Lisette Narducci de se déplacer aux élections municipales.
Alors que la crise touche les plus démunis à un point rarement atteint, JN Guérini incarne l’oligarchie dont la seule vocation est son maintien au pouvoir. Mais qu’en est-il des intérêts du peuple ? « Entre l’intérêt général et l’initiative privée, il faut faire un choix ! JN Guérini l’a fait depuis longtemps ! Dans le système capitaliste ultra-libéral, le peuple n’a pas sa place. La Finance seule tient les rennes. »
Qu’en est-il des travailleurs ? des précaires ? des chômeurs ? le système social après des années de Sarkozy est en lambeau, Hollande l’achève. Guérini a participé à tout cela.
Tous ont trahi le peuple, qui ne va plus voter ou se retourne vers le FN.
Nous ne voulons pas de cela pour nos cantons, pour nos villes, pour la France.
Nous voulons redonner au peuple la volonté de relever la tête et de porter haut et fort les valeurs républicaines de l’intérêt général. Pour reprendre le contrôle de notre quotidien, nous voulons le droit à révoquer les élus ! Nous voulons une 6ème République.

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

2 jours pour sauver la SNCM : signons !

Appel citoyen à soutenir la SNCM, Société Nationale Corse Méditerranée

Le tribunal de commerce se donne 2 jours pour décider de l’avenir de la SNCM.

Il est important de soutenir la SNCM pour :

  • la défense du service public : la continuité de service public territorial vers la Corse permet de garantir à tous le droit à la mobilité. La République doit être présente partout sur son territoire, et doit donner les mêmes droits à tous ses citoyens. Seule la SNCM, en tant que service public, permettra d’assurer les liaisons vers la Corse en dehors des périodes touristiques rentables.
  • le droit des travailleurs sur le sol et la mer français doit être partout le même : il est scandaleux que sur une liaison entre le continent et la Corse, des travailleurs soient soumis à des conditions de travail inférieures à celles du droit du travail français. Nous refusons la déréglementation du droit du travail. Nous revendiquons des droits pour tous.
  • la crise écologique de notre planète impose des mesures strictes en terme environnemental. L’Etat doit prendre ses responsabilités et tout mettre en œuvre pour faciliter l’utilisation des moyens de transports les moins polluants, pour œuvrer à l’utilisation d’énergie non polluante. La relance de la SNCM passe par la construction de bateaux à gaz naturel liquéfié, ce qui aura également pour conséquence de relancer l’emploi, et diminuer les coûts énergétiques.

Pour toutes ces raisons je soutiens la SNCM et appelle le gouvernement à des décisions fortes pour sauver la SNCM et les emplois.

Signez la pétition en ligne ICI…

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

Le Parti de Gauche propose une initiative citoyenne

revocation1
Pour le droit de révoquer les élu-e-s,
je vote !

A Marseille nous voterons le samedi 8/11 à partir de 10h00 sur la place B. Cadenat (13003) ainsi qu’aux Réformés (13001)

Le droit de révoquer les élu-e-s : pourquoi ?

En 2012, Hollande a été élu président pour 5 ans. Il avait promis de rompre avec Sarkozy en défendant une république exemplaire. Il s’était engagé à combattre la finance qui ruine l’économie française, à renégocier le traité européen qui nous prive de notre liberté, à ne pas toucher à la retraite à 60 ans pour nous permettre de vivre dignement nos dernières années.

2 ans et demi plus tard, les promesses électorales ont été une nouvelle fois bafouées. François Hollande n’a fait qu’aggraver le chômage et la pauvreté. A l’automne, les député-e-s s’apprêtent à approuver un budget de l’Etat qui transfère massivement l’argent public vers la finance. En consacrant l’argent de nos impôts au paiement prioritaire de la dette, le Gouvernement sacrifie les biens publics et déprime l’économie. On connaît d’avance le résultat : cela ne mène qu’à l’augmentation du chômage. Se sachant illégitime pour mener cette politique, François Hollande s’abrite derrière la 5e République qui lui permet ces coups de force.

Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

Le FN et les libertés publiques

Stéphane Ravier s’en prend au droit de la Presse

Lors de la séance du Conseil d’arrondissements 13/14 du 8 octobre 2014, Stéphane Ravier a refusé que des journalistes de radio enregistrent les délibérations au moment des débats sur la question si brûlante des rythmes scolaires. Ceci en violation flagrante du droit de la presse, et de tout citoyen qui plus est, les séances étant publiques.

Il est allé jusqu’à demander l’expulsion manu militari, refusée d’ailleurs par la police municipale présente.

Mais qu’est-ce que le Maire FN a donc à cacher ? Un nouvel exemple de la manière dont le FN traite les libertés publiques.

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

Réunion publique élections tunisiennes

Affiche-elections-tunisiennes

Publié dans Actualités | Commentaires fermés

Dérapage du sous-préfet à Marseille

Cazeneuve doit condamner ou se démettre !

Le journal La Marseillaise a révélé les enregistrements des propos scandaleux tenus jeudi 2 octobre par le sous-préfet Gilles Gray, directeur de cabinet du préfet de police de Marseille.

Face à une délégation kurde venue demander l’autorisation de manifester, il a dit :

« C’est pas le club clodo ici, c’est pas le bordel », les incitant à aller se battre au Kurdistan plutôt que rester sur le sol français. Puis, il a ajouté :

« Moi si j’étais juif à Marseille, pensant à mon peuple et à mon pays, ben je serais dans l’armée israélienne, pas à Marseille. »

Menaces, intimidations, mépris, atteintes à la laïcité, et dérapages politiques : la République ne saurait souffrir de tels comportements. Ceux-ci interpellent directement quant à la politique du ministre de tutelle, le ministre de l’intérieur.

La responsabilité de Bernard Cazeneuve, toujours silencieux sur cette affaire, est désormais engagée. Il doit aujourd’hui condamner fermement ces propos et démissionner ce sous-préfet ou démissionner lui-même.

Mardi 7 Octobre 2014
François Cocq, secrétaire national à la politique territoriale et à l’éducation

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés